DE PLINE A NOS JOURS

L'histoire nous apprend que la vigne est cultivée ici depuis les temps les plus reculés.
Il y a deux mille ans déjà; les auteurs latins Martial, Pline l'Ancien, Columelle, le grec Plutarque célébraient le vin ce Côte Rôtie sous le nom de « vin viennois ».

La constitution du vignoble représenta un travail formidable, qui s'est poursuivit pendant plus de vingt siècle.
C'est au VIème siècle que nous retrouvons les premiers documents écrits précis concernant Ampuis et la Côte-Rôtie.

Durant le Moyen Age et la Renaissance, la réputation des vins d'Ampuis n'a fait que s'accroître. Avant la Révolution, on note des envois de vins des Côtes-Rôtie vers les tables princières d'Angleterre, de Russie, de Prusse et bien sûr de France.

Le vignoble atteint son apogée en 1890; les moindres replis de coteaux étaient cultivés; pourvu qu'ils fussent exposés au soleil. Quelques parcelles obligeaient les vignerons à porter leur vendange sur près d'un kilomètre, par des sentiers de chèvres particulièrement pénibles.

A cette époque, les attaques de phylloxéra et autres maladies n'entamèrent pas la volonté des vignerons; mais, alors qu'ils avaient su maîtriser ces calamités, la grande guerre de 1914-1918 vint ruiner leurs efforts; en prenant plus de cent cinquante hommes, elle condamna une partie des coteaux à l'abandon. Cette épreuve ne fut surmontée qu'à l'orée des années soixante.

Aujourd'hui, Le vignoble de Côte-Rôtie a retrouvé sa taille d'origine. il fait vivre plus d'une centaine de vignerons. Près 40 % de sa production est exportée et fait le bonheur des amateurs de vin du monde entier.

 
   

Création de site internet - JB Créa Design